La catégorie de l'adverbe en français et sa traduction en arabe

louha's picture
Year of Publication: 
2012
Authors: 
Louha Samaaneh
université Lumière- Lyon 2
Current Affiliation: 
Department of French Language , An-Najah National University
Preferred Abstract (Original): 
Notre mémoire portera sur l'adverbe, en tant que partie du discours. Cette catégorie a été traditionnellement définie par la famille où sont rangés tous les éléments que les autres classes ne peuvent accepter. C'est-à-dire les termes invariables d'une part, et qui ne sont ni des prépositions (comme à, de, pour, sans …) ni des conjonctions (comme que, parce que, puisque, bien que …) ni des interjections (comme chut, hein, hélas, ouf …). Ce qui les regroupe, en français, est le caractère d'invariabilité, et le fait que leur emploi est facultatif. Par ailleurs, il peut être considéré comme étant au verbe ce qu'est l'adjectif épithète au nom (marcher lentement/une marche lente) ou partageant le même statut que les compléments circonstanciels (demain, il arrivera).

Nous nous intéresserons donc, en guise d'introduction, à la définition de l'adverbe, en tant que partie du discours. Nous allons observer ses différents statuts syntaxiques, ses différentes formes morphologiques et l'interprétation sémantique des constructions adverbiales. Notre deuxième partie portera sur les tournures arabes syntaxiquement variées, qui peuvent transmettre le sens d'un adverbe. Dans la troisième partie de notre mémoire, nous analyserons les adverbes français repérés dans l'ouvrage d'Amin Maâlouf, Léon l'Africain, et la traduction arabe proposée par Afif Dimachqiya. Nous allons dresser les correspondances entre ces deux langues, et finalement commenter les choix du traducteur, voire, en proposer d'autres, tout en les comparant avec les données proposées dans la deuxième partie. 

AttachmentSize
mémoire final 2.pdf972.95 KB